ORGUES EGLISESPHOTOS MUSIQUE

choeur de l'église en cette 3è semaine de Carême
n° 009

Jeudi 1er Mars 2007
-----------------------
Une soirée bien réussie
en l'église st Jean
---------
La Queue-en-Brie
Val-de-Marne

 

C'est avec plaisir que nous nous sommes retrouvés à st Jean, autour de Roland SCHEUÏR, chef de choeur, féru de bonne musique liturgique pour accompagner nos célébrations, afin de découvrir une autre facette de ce que pourrait être l'expression vocale de nos prières, au travers de quelques pages prises parmi plus de trois mille écrites par André Gouzes, dont il est le fervent admirateur et ami (photo ci-contre). 
Mais au fait, qui est André Gouzes ?
   Pour le savoir  >>>   ici   

André GOUZES à gauche et Roland

Mise en voix en attendant les autres participants
n° 98 - Mise en voix

Comme dans toute chorale digne de ce nom, Roland a commencé par nous faire faire quelques exercices pour bien nous décontracter, en détendant nos vertèbres cervicales, et faire vibrer les sons dans la cage qu'est la tête, bouches fermées, en pensant bien la note pour la chanter intérieurement, afin que celle-ci sorte tout de suite, et que nous partions tous ensemble, pour  ne pas faire comme un vieil orgue dont les tuyaux parleraient avec plus ou moins en retard.
Ensuite, il nous fit faire quelques vocalises bien dirigées et expliquées, sur toutes les notes de la gamme, qui nous aidèrent à " nous mettre en voix ".

Puis il nous fit lire les paroles du chant que nous allions travailler, en nous précisant quelques points importants :

" Dans nos paroisses, plus le chant est chanté lentement, plus les personnes croient qu'elles prient mieux sous prétexte que c'est lent.  Quand nous célébrons avec le prêtre, que faisons-nous ? Nous prions, nous écoutons pour partager un texte et le dire. Or, ce qui compte, ce n'est pas la musique car la musique n'est là que pour porter la voix.
Parole de Dieu
Ce qui compte et qui doit passer avant tout, c'est le texte et ce texte doit être lu sans traîner, tel qu'il est écrit, afin qu'on ne s'ennuie pas, surtout pour ce chant d'offertoire que nous avons pris " Nous t'offrons ce sacrifice ", dans lequel nous pouvons remarquer qu'il n'y a pas de mesures car ce n'est pas mesuré, vu que c'est le texte qui est porteur. Ainsi il est possible de donner au chant, une certaine dynamique en rapport avec le sens du texte, en un mot, de donner de la vie car ne l'oublions pas, les paroles de ces chants sont toujours tirées des Écritures et des Psaumes, raison pour laquelle le texte doit toujours passer en premier c'est-à-dire avant la musique. "

5 sopranes, 5 altis, 1 ténor et 1 basse
n° 106 Roland nous a aussi très gentiment rappelé qu'il était important d'écouter le chef de choeur et les autres pupitres, au lieu de bavarder, pour éviter de perdre un temps précieux dans ces répétitions hebdomadaires déjà si courtes.

Ce que nous avons travaillé ce soir là, était un chant d'offertoire. Roland nous a rappelé le sens de cette partie de la messe, qui est le moment où chacun vient avec sa misère, l'offrir au Seigneur en disant :  " La semaine que j'ai eue tu as vu ce qu'il s'est passé... J'ai eu une petite joie, je te l'offre..." etc... C'est donc quelque chose de très intime qui se passe à ce moment là, raison pour laquelle il faut un chant qui soit doux et en même temps porteur pour aider à la prière individuelle de chacun.

" Ce qui est important aussi c'est de chanter ensemble, comme s'il n'y avait qu'une seule voix, une seule personne qui chante. Un atout supplémentaire pour une meilleure écoute, est de faire son possible pour ne plus regarder la partition, dès que le texte est acquis ".

Comme nous venons de le comprendre, la musique est là pour porter le texte, mais Roland nous fit remarquer que la musique doit être descriptive cela veut dire que, par exemple, si on veut faire partager sa joie, on choisira un rythme ternaire, parce que le rythme ternaire est celui de la valse, et quand on valse, c'est qu'on est joyeux. Le rythme ternaire est le rythme qui exprime la joie.

Alors nous chanterons cette musique d'une façon assez directe. Par exemple, s'il y a un baptême, l'enfant qui vient d'être baptisé qu'est-il devenue... ? Il est devenu enfant de Dieu... Le chant d'André GOUZES " Tu es devenu enfant de Dieu et frère de Jésus, alléluia, tu es devenu enfant de Dieu et frère de Jésus " chanté en lui donnant vie, a une autre allure et si on a une quinzaine de gamins, à qui on fait faire une ronde autour des fonds baptismaux, cela donne du caractère à cette célébration importante.

Art du Temps Libre
n° 0110 - Trois altis bien attentives

Art du Temps Libre
n° 120 - Pupitres des femmes en répétition

Un autre exemple nous fut également donné, partant d'un thème grégorien que l'on ne chante plus aujourd'hui, mais que nos parents chantaient notamment, quand on arrivait à la procession des Rameaux : " Gloria Laus ". Ce chant était chanté dehors et après ce chant, le prêtre prenait sa croix de procession, il tapait la porte de l'église et les enfants de choeur qui étaient restés à l'intérieur ouvraient les portes... Cela Entrée du Christ à Jérusalemrappelait l'entrée du Christ à Jérusalem... C'était le rite de l'Année Sainte.
Un autre chant a été tiré sur la même mélodie de ce thème grégorien, mais pris sur un rythme ternaire très marqué et cadencé, il porte et entraîne à la marche d'une procession :
" Gloire à toi Seigneur notre Chef et notre Roi. (bis) D'Israël tu es le Roi de David le fils très noble. Tu viens au Nom du Seigneur, Christ les peuples te bénissent. Gloire à Toi Seigneur, notre Chef et notre Roi . bis) "...

Entrée du Christ à JérusalemAlors imaginons-nous le jour des Rameaux, où tout le monde rentre en chantant avec sa branche de buis (des palmes à l'époque)... une marche sur une musique descriptive qui entraîne les gens à faire la démarche de la procession et de rentrer comme au temps du Christ. Ce chant comporte quinze couplets... on a donc le temps de faire une belle procession.

Cela pour dire, a ajouté Roland, qu'au lieu de prendre nos chants coutumiers devenus des rengaines, nous pourrions donner un nouveau souffle à nos liturgies, afin qu'elles soient plus porteuses, parce que plus vivantes.


Cours particulier
n° 105 - Luc, seule voix de ténor de notre soirée, eut le privilège d'un cours particulier.

Roland Scheuïr
n° 116

Roland Scheuïr
n° 117

Ainsi, tout au long de la soirée, patiemment, pupitre par pupitre, voix par voix, Roland nous fit travailler et découvrir une autre facette de ce que pourrait être le chant dans nos liturgies, partageant avec nous son expérience et son vécu de chef de choeur, afin que nous puissions mieux louer Dieu par la beauté du chant dans nos célébrations >>>  ici  

Un grand merci à celui qui est devenu notre ami, pour cet agréable moment  passé ensemble.

Roland SCHEUÏR  pour mieux le connaître
  ici  

 


Chorale paroissiale
 

Si vous êtes intéressés par une soirée similaire,
vous pouvez nous laisser un message en page d'accueil,
nous verrons comment vous répondre au mieux.

Fermer la fenêtre ------------- L'ART DU TEMPS LIBRE ---------------- HAUT de PAGE  
Art du Temps Libre : retour à l'accueil

En précisant le titre du reportage et le numéro des photos concernées,
les personnes ne désirant pas apparaître dans celui-ci
le signaleront à l'auteur, qui s'empressera de pixelliser leur visage.