ORGUES                             ÉGLISES                   MUSIQUE              LITURGIE                REPORTAGES                 FÊTES             HISTOIRES à méditer      
 

    Louer Dieu par la beauté du chant  

" C'est en recherchant la sainteté et la beauté, surtout dans la liturgie, que l'Église du XXI siècle trouvera un nouveau souffle ". C'est en affichant la sainteté au programme de l'annonce évangélique et non en rasant les murs, qu'elle sera l'instrument du salut, dont le monde à tant besoin. " affirme Mgr Gaidon dans L'Homme Nouveau du 15 Septembre 2007 - n° 1404.

 Art Temps Libre : église maison de Dieu
Et si nous redonnions, un nouveau souffle à nos chorales, un nouvel élan tout empreint de vigueur, de fraîcheur et de jeunesse, non pour elle même afin de devenir " de belles chorales ", mais pour être l’expression d’une Église qui chante !

«
La divine parole, lorsqu’elle s’élève dans le chant, non seulement révèle la vérité à l’intelligence, mais encore répand l’amour dans le cœur de celui qui loue. » (Père André Gouzes - Abbaye de Sylvanès).

   La chorale paroissiale est un service d'Église  
 
Une chorale liturgique, contrairement à ses consoeurs (profanes) n’existe pas pour elle-même. Elle n'est ni un dérivatif, ni une occupation de loisir plus ou moins m Art Temps Libre : chorale paroissiale arginale pour personnes, certes de bonnes volontés, mais dont ce serait le « truc » ou le « dada »... Une chorale liturgique est un service d’Église, une Diaconie, nous dit le concile «
Dont la fonction ministérielle au coeur du culte divin, est d’introduire et de porter l’assemblée des fidèles, dans sa participation active au Mystère Eucharistique. ».

Oui, un service liturgique, auquel sont conviées toutes les personnes de Bonnes Volontés, gratifiées de ce qu’il est convenu d’appeler une belle voix... mais pas seulement, car ce qui fait " le corps d’une chorale " ce ne sont pas ces voix d’exception
(même s’il est toujours préférable d’en compter quelques unes dans ses pupitres) mais l’ensemble de toutes les autres voix, justes, c’est évident, mais disons communes, à la plupart d’entre nous, pourvu qu’on ait un tant soit peu d’oreille, qu’on aime chanter et ce... même si on ne connaît pas la musique.

   La raison d'être d'une chorale   
Le rôle et la mission d’une chorale dans le cadre d’une liturgie, n’est pas de donner un concert, fut-il spirituel et de très haute tenue, mais (je cite Vatican II) « Par la beauté des chants choisis, d’introduire et de porter l’assemblée des fidèles, dans sa participation active, au Saint Sacrifice de la Messe
».

 
  Pour bien comprendre 
Prenons conscience que nous ne venons pas à la messe pour « l’entendre » comme on disait autrefois, ni pour y assister de façon passive, mais pour y participer de façon active, en étant attentif à la Parole, pour nous en nourrir et la faire nôtre, pour qu'elle passe dans nos vies. Nous venons à la messe pour nous offrir nous mêmes, comme coparticipants au sacrifice du Christ, pour la Rédemption du monde.
 Art Temps Libre : Corps du Christ Alors, conscients de cette mission et mus par l’Esprit Saint, nous pouvons nous avancer pour recevoir la SaintArt Temps Libre : Sang du Christ e Eucharistie, ce Pain de Vie,
qui n’est pas un dessert pour enfants sages, mais un viatique pour combattants, où, sous les apparences du pain, se cachent non seulement le Corps, mais aussi le Sang, l’Âme et la Divinité de notre Seigneur Jésus-Christ.

Loin donc, d’être une action secondaire ou facultative, c’est à une véritable diaconie propre à ce Mystère, qu’est conviée une chorale, et par là même toutes les personnes qui la constituent.

   Le chant choral nous éveille à la vie    
La musique, mais essentiellement le chant, nous éveille à la conscience gratuite de la vie, quelle soit heureuse ou douloureuse. Il appartient à la manifestation de l’exister, à son jaillissement pur, même dans le désespoir. C’est pourquoi, il doit y avoir de la hauteur, de la verticalité dans nos chants liturgiques, pour que le coeur découvre la Présence, de Celui avec qui il vient  dialoguer.

   La charité s'exprime aussi par le chant    
 Art Temps Libre : chantons pour Dieu Pour nos frères isolés, seuls, perdus dans l’anonymat, empreints à la tristesse, découragés souvent, le chant de nos assemblées doit faire son feu de la moindre brindille perdue de nos vies et, comme la
Cananéenne
(Marc 7, 24-30) faire un repas, de la plus humble des miettes tombées de la table du festin ou comme Bartimée (Marc 10 , 46-53) plongé dans la nuit de sa foi, qui crie son espérance : « Jésus fils de David, aie pitié de moi ! » - Et que chantons-nous donc, sinon cela, dans nos prières pénitentielles !...

   L'annonce de l’Évangile par le chant choral  
Parole de Dieu
Toute la tradition biblique, a vu comme une secrète complicité, une mystérieuse appartenance, entre la vie intérieure et le chant, comme s’il était sa langue la plus naturelle. « Et si le chant (s’interrogeait un jour André Gouzes dans une de ses homélies) âme, souffle et sang mêlés, était la plus haute, la plus large, la plus commune tradition spirituelle du christianisme ! »

Du reste, depuis quelques années, un peu partout, beaucoup pensent que le renouveau spirituel et communautaire de Grégoire le Grand J.S.Bachl extrait partition grégorienne ’Église, sa joyeuse annonce de la Bonne Nouvelle, passe par le renouveau de la liturgie.

D'ailleurs, chaque grande époque de la mystique et de la spiritualité chrétienne, a eu chaque fois, le génie d’une expression musicale, qui a su en faire l’instrument privilégié de son rayonnement. Pensons à Palestrina
Grégoire le Grand, ce réformateur émérite de la liturgie du 6ème siècle, avec la musique qui porte son nom : le Grégorien. Plus près de nous, pensons à des noms prestigieux comme Palestrina, Roland de Lassus, Bach, Delalande et combien d’autres !

Mais nous sommes au 3ème millénaire. Le pèlerinage de l’Église de ce temps est devant nous et pas derrière, et les pages qui qu'écrivent depuis plus de 20 ans, des auteurs inspirés comme Lucien Deiss, Joseph Gélineau (qui fut l’un des pionniers), ou Décha, André Gouzes ou Jacques Berthier, pour ne citer qu’eux, s’inscrivent assurément dans cette quête d’un nouveau mode d’expression du culte divin.

   Chanter, c'est aimer    
Tableau de Ary SCHEFFERSt. Augustin (ci-contre, avec ste Monique sa mère), commentant inlassablement les psaumes qu’il aimait, ose même dire que « Chanter et aimer, ne sont qu’une seule et même chose » « Amantis est cantare » = Chanter, c’est aimer ! - ce qui veut dire que par nature, chanter est le propre de ceux qui s'aiment.

C’est à travers les psaumes, les chants secrets de son amour pour Israël, que Dieu confia à David (le doux chantre d'Israël), la mémoire vive de ses merveilles. Et ces psaumes sont devenus le chant de l’Église.
Par eux, l’Église nous fait expérimenter la foi, comme un état de chant - dynamisme intérieur et spirituel, pulsations en nous de Sa joie.
Par le chant, avec et dans le chant, nous devenons : Temple de l'Esprit Saint. Voilà, ce que révèle en nous la prière chantée, quelle soit solitaire ou liturgique.

   " Glorifiez Dieu jusque dans votre corps » st Paul (1 Corinthiens 6, 19-20)
Voilà pourquoi, la célébration chrétienne, poème achevé lorsqu’elle est bien célébrée,  Art Temps Libre : Gloire à Dieu dans les cieux ne s’accomplit pleinement que dans le chant, comme toutes prières, qu'elles soient : Eucharistique, Anamnèse ou Mémorial… parce que c'est le chant qui exprime le mieux l’esprit d’incarnation. Il ne fait qu’un avec le sensible, et s’offre à l’intuition d’un Au-delà sans mesure, qui ne prend forme que par la voix et l’amour.

   Certes, tout se chante et tout chant est unique, mais : 
  pour que nos liturgies retrouvent toute la vivacité d’expression de leur authenticité,
 pour que par la beauté, nos liturgies attirent, témoignent et portent à la prière,
 
pour que nous exprimions notre vérité de Chrétiens en la chantant,

 Art Temps Libre : Bonne Nouvelle de Jésus Chrit    il est impératif que les pratiquants se mobilisent et s'investissent   pour ce service d'Église, car en ces temps où le fanatisme fait si peur, c’est assurément le moyen le plus désarmé d’annoncer la « Joyeuse nouvelle de l’Évangile » que d'en faire d’abord entendre le chant et en aimer la voix, pour en reconnaître la Parole et en comprendre le discours.

Roland SCHEUÏR

De Charles DELHEZ " Prière de la chorale "    ici     
 

  Fermer la fenêtre -----------------  L'ART DU TEMPS LIBRE ----------------- HAUT de PAGE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   La Cananéenne (Marc 7, 24-30)  


Parti de là, Jésus se rendit dans le territoire de Tyr. Il entra dans une maison et il ne voulait pas qu'on le sache, mais il ne pu rester ignoré. Tout de suite, une femme dont la fille avait un esprit impur entendit parler de lui et vint se jeter à ses pieds. Cette femme était païenne, Syro phénicienne de naissance. Elle demandait à Jésus de chasser le démon hors de sa fille .Jésus lui disait : « Laisse d'abord les enfants se rassasier, car ce n'est pas bien de prendre le pain des enfants pour le jeter aux petits chiens. » Elle lui répondit : « C'est vrai , Seigneur, mais les petits chiens, sous la table, mangent les miettes des enfants. » Il lui dit : « A cause de cette parole, va, le démon est sorti de ta fille. » Elle retourna chez elle et trouva l'enfant étendue sur le lit : le démon l'avait quittée.  

 retour 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   Bartimée (Marc 10, 46-53)  


Ils arrivèrent à Jéricho. Et, lorsque Jésus en sortit, avec ses disciples et une assez grande foule, le fils de Timée, Bartimée, mendiant aveugle, était assis au bord du chemin. Il entendit que c'était Jésus de Nazareth, et il se mit à crier : " Fils de David, Jésus aie pitié de moi ! ". Plusieurs le reprenaient, pour le faire taire, mais il criait beaucoup plus fort : " Fils de David, aie pitié de moi ! " Jésus s'arrêta, et dit : " Appelez-le ". Ils appelèrent l'aveugle, en lui disant : " Prends courage, lève-toi, il t'appelle ". L'aveugle jeta son manteau, et, se levant d'un bond, vint vers Jésus. Jésus, prenant la parole, lui dit : " Que veux-tu que je te fasse ? " " Rabbouni "  lui répondit l'aveugle, " que je recouvre la vue ". Et Jésus lui dit : " Va, ta foi t'a sauvé ". Aussitôt il recouvra la vue, et suivit Jésus dans le chemin.  

 retour 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 






 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

    Saint Paul (Corinthiens 6, 19-20)  


" Ne savez-vous pas que votre corps est le temple de l'Esprit Saint qui est en vous, et que vous tenez de Dieu ? Et que vous ne vous appartenez pas ? Vous avez été bel et bien achetés ! Glorifiez donc Dieu dans votre corps "                Retour 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Prière de la Chorale.


Seigneur,
Nos lèvres vont de chanter...
Donne-nous ton Esprit-Saint
pour que chantent aussi nos coeurs,
et que ces notes deviennent prière.

Que ce moment musical
ne soit pas une occupation de plus,
parmi les activités de la semaine,
mais l'expression
de tout l'amour que nous avons pour Toi.

Que nos mélodies terrestres
s'unissent à toute la symphonie du ciel,
et que notre vie elle-même
devienne une hymne de joie
à ta plus grande gloire.

Charles DELHEZ

Retour