Veiller                     Accueillir                  Témoigner              Prier                Pardonner                 Croire             Faire la paix    
 

 Calendrier de l'Avent
graphisme Michèle GABRIEL

 

     Conte de Noël : l'Âne   


Calendrier de l'Avent : NativitéC'était quelques heures après la naissance de Jésus.
Exténué, l'âne est sorti de l'étable pour se changer les idées. Il s'est promené le long d'une petite rivière. Il goûtait le calme, la lumière du soir était douce, les parfums l'apaisaient. L'âne marchait donc dans la campagne quand il a rencontré une foule ou tout le monde parlait à la fois sans s'occuper des autres. L'arrivée de l'âne provoqua une diversion.
- Que cherchez-vous leur dit-il ?
Chacun a répondu avec beaucoup de tristesse dans la voix :
Calendrier de l'Avent : conte- Je voudrais voler dit le poisson !
- Je voudrais nager dit l'aigle !
- Je voudrais y voir mieux dit la taupe !
Calendrier de l'Avent : conte- Je voudrais ne plus voir la nuit, dit le hibou, ce qui s'y passe est trop laid !
- Je voudrais chanter dit le serpent !
- Je voudrais sourire dit le scorpion !
- Je voudrais tant dormir tranquille, dit l'homme inquiet !
- J'ai peur du noir dit l'enfant !
- J'ai peur de la mort, dit le vieux !
Calendrier de l'Avent : conte
- J'ai peur de l'autre, dit le blanc !
- J'ai peur de moi-même, dit l'homme !
Calendrier de l'Avent : conte- J'ai peur de l'océan, dit la goutte d'eau !  Calendrier de l'Avent : conte
- J'ai peur de la nuit, dit le jour !
- Je voudrais passer inaperçu, dit le paon !

- J'ai peur de l'aurore, dit la nuit !
- Je voudrais m'arrêter dit la rivière !
- Je voudrais me fixer, dit le nuage !
- Je voudrais marcher, dit l'arbre !

Un poète était parmi eux. II n'avait encore rien dit. Il s'est avancé et a interrogé doucement :
Calendrier de l'Avent : conte- Et toi, la fleur, tu ne dis rien ?
La fleur est restée silencieuse.
- Et toi, le vent, tu ne dis rien non plus ?
Le vent se taisait.

- Et toi, l'âne, toi non plus tu ne te plains pas ? Dis-nous, toi qui passes pour sage, qui voudrais-tu être ?
Calendrier de l'Avent : conte- Moi, dit l'âne, je suis content de mon sort ! Et je n'aurais certainement pas parlé de la sorte, il y a seulement quelques jours.
- Raconte-nous donc...
- Eh bien ! Juste après la naissance de Jésus, nous avons été envahis par une troupe d'anges qui chantaient. C'était très beau ! Je n'ai jamais rien entendue de pareil. Évidemment, je n'ai pas beaucoup fréquenté les salles de concert, mais, en tous cas, cela me ravissait !... Et puis, voilà que tout d'un coup, les anges nous ont apostrophés le boeuf et moi :

Calendrier de l'Avent : conte
Chantez donc avec nous !
- Nous ? Chanter ? Mais il n'en est pas question ! Avez-vous jamais entendu un âne ou un boeuf chanter ?
Si, Si, Vous pouvez chanter ! Nous sommes sûrs que vous le pouvez.

Après quelques hésitations, nous avons chanté, ils insistaient si gentiment... Et bien, il paraît que ce n'était pas si mal ! En tous cas, depuis lors, je me sens heureux. Vous devriez essayer vous aussi !
- Essayer quoi ?
- Mais de chanter pardi !
- Tu te moques de nous ! Est-ce que tu nous as regardés ?

Calendrier de l'Avent : conte- Bien sûr que je vous ai regardés et je crois, moi, que vous pouvez chanter !
Tout le monde s'est tu. Certains se sont raclé la gorge. Puis, il y a eu un frémissement, un murmure, d'abord un peu rocailleux, puis plus doux a mesure que les voix s'ajoutaient... Le chant était comme un souffle, comme un bouquet, comme un large tapis très doux, comme un parfum de chèvrefeuille... D'abord sans paroles, le chant s'est articulé :


Calendrier de l'Avent : conte- Je n'ai plus peur de l'océan, dit la goutte d'eau ! Calendrier de l'Avent : conte
- Je n'ai plus peur de la nuit, dit l'enfant !
- Je pourrai aimer ce que je suis, dit l'homme !

Le poète s'est avancé, souriant. Il a ajouté :
" Pendant que l'on chante, on ne vieillit pas et même si nous ne sommes pas tous poètes, comme St. Augustin, nous pouvons dire que chanter est le propre des êtres qui s'aiment, que c'est par le chant que nous exprimons le mieux ce que nous ressentons, parce qu'en chantant nous ne faisons plus qu'un avec le sensible et ainsi, nous pouvons nous ouvrir à l'intuition d'un Au-delà sans mesure....".

  Louer Dieu par la beauté du chant   >>>  ici  
 

Fermer la fenêtre ----------------  graphisme Michèle GABRIEL  -------------- HAUT de PAGE

L'Art du Temps Libre
aux Mille Surprises