ORGUES                             ÉGLISES                   MUSIQUE              LITURGIE                REPORTAGES                 FÊTES             HISTOIRES à méditer    

 Yves Koenig
Maître facteur d'Orgues

" L'amour du travail bien fait "

Orgue et photo Koenig premier orgue français à Macao
drapeau chinois
En ce mois de Juillet 2009, l'orgue ci-contre, que vous découvrirez en construction à la fin de ce reportage, a été livré à l'église baroque Saint Joseph de Macao en Chine.

Une année de travail aura été nécessaire pour que l'orgue soit prêt. Il a été démonté pour le transport. C'est à la fois un petit moment de tristesse mais beaucoup de fierté pour notre ami Yves Koenig et son équipe.

drapeau françaisC'est le premier orgue français installé à Macao, une ancienne possession portugaise rétrocédée à la Chine en 1999. L'instrument, d'une valeur de 360 000 euros, a été fabriqué par les Ateliers Koenig à Sarre-Union dans le Bas-Rhin.
 

C'est en Juin 2006 que nous avons fait la connaissance d'Yves KOENIG et visité son atelier. Le Soleil était au rendez-vous en ce Mercredi, lorsque de Nancy, nous primes la route en direction de Sarre-Union, dans le Bas-Rhin. Une heure et demie de promenade dans un paysage verdoyant que je ne connaissais pas, avant d'arriver rue de la Gendarmerie.

Un Orgue c'est quoi au juste ?

Yves KOENIG Maître facteur d'orgues
n° 10

Dès la porte franchie, nous fûmes merveilleusement accueillis pas Yves Koenig qui, dans un climat très chaleureux, nous parla de son métier de Facteur d'Orgues.

Tandis que je prenais des photos, Roland enregistrait méticuleusement les propos fort intéressants de cet homme d'une grande simplicité, à qui la question essentielle fut posée :
" Qu'est-ce qu'un orgue ? "
" Un orgue, cela paraît très mystérieux. Il y a plein de choses à l'intérieur, mais rien n'est très compliqué . Chaque élément pris séparément est très simple et plus cela sera simple, mieux cela fonctionnera . C'est une base que j'ai apprise lors de mes études de mécanique pour faire de la facture d'orgues : simplifier au maximum " 

Yves KOENIG Maître facteur d'Orgues et Roland SCHEUIR l'Art du Temps Libre
n° 13

" Mais il est vrai que partant d'un élément simple, en en ajoutant un autre, puis un autre et encore un autre, on arrive à un ensemble assez complexe . Ce qu'il faut c'est toujours prendre chaque élément séparément et là rien ne parait compliqué " 

" Les rouleaux que vous voyez ici, sont des feuilles d'étain, car les tuyaux sont la résultante d'alliages de plomb et d'étain en pourcentage variable, en fonction des sonorités que l'on recherche. "


L'Art du Temps Libre : feuilles d'étain tuyaux d'orgues
n° 11

" Comparés aux tuyaux de Montre, (ceux que l'on voit en regardant un orgue) par exemple, les Bourdons aux sonorités plus douces et fluides sont beaucoup plus pauvres en étain. Ce mélange savamment dosé, est alors coulé sur une table à fondre, qu'il faudra ensuite raboter et marteler.

Rabotage, martelage, en savoir plus >>>  ici  

" La fabrication d'un tuyau n'a rien de compliqué.
C'est un rectangle que l'on roule et ensuite on vient faire la soudure. Tout est fait à la main. "

L'Art du Temps Libre : martelage
n° 16

" Le martelage est une technique ancestrale qui à vu le jour au 17ème siècle et fut très répandue en France au 18ème, alors qu'elle l'était assez peu en Allemagne . Technique qui fut abandonnée au 19ème et que les facteurs peu à peu retrouvent ." 

L'Art du Temps Libre : tuyaux d'orgues bois
n° 23

" Si dans leur grande majorité les tuyaux d'un orgue sont métalliques, exception faite de certains gros tuyaux très graves comme les soubasses, pour certaines sonorités ténues et flûtées, il nous arrive aussi de confectionner des jeux entiers en bois, tels que ceux que vous voyez ici . Technique assez peu répandue en France, contrairement à ce que font nos confrères Allemands . Comme vous pouvez vous en douter, fabriquer d'aussi petits tuyaux, demande une très grande précision et beaucoup de temps ." 

" Indépendamment des tuyaux de bois, un orgue est constitué de deux grande familles de tuyaux métalliques : ceux dit à Bouche, comme les Flûtes, Bourdons et Principaux et ceux dit à Anches, comme les Trompettes, Bassons et Hautbois ." 

L'Art du Temps Libre : tuyau d'Anche
n° 21 - Tuyau d'Anche

" Les tuyaux d'Anches sont conçus sur le principe d'une Clarinette, donc d'une petite languette qui au passage de l'air va vibrer contre un petit canal, produisant un son qui sera amplifié par un résonateur, qui n'est autre que le corps du tuyaux, le plus souvent conique. Mais en fonction du timbre recherché, ceux-ci peuvent avoir d'autre formes et être plus ou moins courts . On accorde ces tuyaux à l'aide d'une rasette. "

L'Art du Temps Libre : coupe tuyau bouche
n° 17 - Coupe d'un tuyau à bouche

" Ces tuyaux sont conçus sur le principe de la Flûte à bec . De hauteur variable, ils peuvent être ouverts ou fermés . Ainsi dans un même diamètre et pour une hauteur identique, celui qui sera fermé parlera une octave plus basse que celui qui est ouvert. "

Yves KOENIG Maître facteur d'Orgues
n° 19

" Ainsi quand on parle d'un jeu de 4 pieds, comme le prestant, cela veut dire que le tuyau le plus grave, celui qui donne le DO fondamental fait 1,30 m de haut depuis sa bouche ou 5,20 m. pour une flûte ouverte de 16 pieds ." 

Pour en savoir plus
   ici   

 " Certains tuyaux ont des corps qui sont rétrécis comme le Gemshorn de la famille des principaux, c'est-à-dire de la Montre quand c'est en façade, mais pour arriver à modifier ce timbre rond, chaud, qu'on a sur une Montre, on le réduit en donnant une forme conique. " Sur certains tuyaux il y a de petites oreilles de chaque coté de la bouche, que l'harmoniste referme ou écarte lorsqu'il règle l'émission sonore de même que certains autres tuyaux sont dotés d'une calotte que l'on monte ou descend pour accorder . Dans le langage des facteurs d'orgues, l'échelle sonore des jeux se détermine en pieds ( 32,43 cm ) et se calcule depuis sa bouche. "

Suite de la visite  >>>   ici  

 

  Fermer la fenêtre ----------------  L'ART DU TEMPS LIBRE ------------ HAUT de PAGE  
L'ART DU TEMPS LIBRE : Accueil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Rabotage    Martelage

" Le rabotage, au moment de la coulée, est fait pour diminuer et égaliser l'épaisseur des feuilles avec lesquels seront fabriqués les tuyaux . Parce qu'au moment de la coulée plomb et étain en fusion forme de petites vagues d'épaisseurs inégales, que l'on doit aplanir . Cela peut se faire de façon mécanique, mais chez Koenig nous avons toujours privilégié le travail à la main .
Ainsi utilise-t-on un rabot muni de deux poignées pour le tirer ou le pousser, poignées semblable à deux cornes, raison pour laquelle nous l'appelons " la vache " .

" Après quoi ces feuilles ainsi obtenues seront martelées, ceci afin de les durcir . Le martelage se fait sur une machine, dont je vois que vous prenez une photo, entraînée par un moteur électrique, mais le déplacement des feuilles sous le marteau se fait toujours à la main ." 

RETOUR