orgues                     églises                   musique              liturgie                reportages                 fêtes             histoires à méditer    

C'est quoi au juste ?    Le Temps de l'Avent    C'est quoi au juste ?

--------------------------------------------

- Le Temps de l'Avent (du latin adventus : avènement) est , en Occident, une période de l'année liturgique dont elle marque le début et qui se situe les quatre dimanches avant Noël. Ce Temps a une place toute spéciale dans la liturgie chrétienne car on y prépare Noël, on y rappelle la longue attente de Dieu par les Justes et l'attente par tous les Chrétiens, du retour du Christ. Cette attente peut être chantée chaque Dimanche de l'Avent et plus particulièrement par le chant du Rorate Caeli desuper >>>  ici  propre à l'Avent.

- L’origine du Temps de l’Avent remonte au Vème siècle en Italie - précisément à Ravenne. A cette époque, le Dimanche avant la fête de la naissance du Christ était consacré à la préparation de Noël.  Au VIème siècle, une liturgie de l’Avent voit le jour à Rome où le pape Grégoire 1er (dit Le Grand) fixe le nombre de Quatre dimanches du Temps de l’Avent.  Mais exception à la règle, à Milan, on continue aujourd’hui encore à fêter le Temps de l’Avent pendant six semaines.

- Sans que ce Temps soit triste, la couleur liturgique est le violet (sauf le troisième dimanche où elle est rose pour signifier une attente joyeuse) et le Gloire à Dieu est omis durant les messes pour le rendre plus glorieux encore le soir de la messe de Noël. A chaque année correspond un évangéliste   ici  pour en savoir plus sur les Évangélistes
 

Années Évangiles des Dimanches

Pour en savoir plus

Dimanches
Année A
st Matthieu
Matthieu

1er

 Le temps de l'espérance


Dès le VIIIème siècle, le premier Dimanche de l’Avent est fêté comme le commencement de la nouvelle année liturgique : A, B, ou C. Au commencement, c’était un temps de repentance et de jeûne, où il n’était pas permis de danser, ni de se marier. C’est pour cette raison que la couleur liturgique en usage est la même qu’au Temps du Carême :
    violet  

Le mot « Avent » provient du latin « Adventus » : « La venue ». De nos jours, l’Avent, comme fête chrétienne, est devenu synonyme de préparation à la fête de Noël, qui n’est autre que la commémoration de la venue de l’Enfant Jésus, du Messie tant attendu, du Sauveur. Mais aussi ne l’oublions pas, du retour du Christ au dernier jour et dans la Gloire, tels qu’en témoignent les thèmes de chaque Dimanche, et plus particulièrement du Premier Dimanche de l’Avent.

Jean le Baptiste quant à lui occupe une place centrale dans les textes des deuxième et troisième Dimanches. Le quatrième étant d’avantage consacré à « Marie, mère de Dieu » du moins dans l’Église catholique romaine, alors que les Églises protestantes ont choisi le thème de « la Joie imminente » à l’approche de Noël.

Les lectures proposées des prophètes étant d’avantage axées sur le changement de vie. Le temps de l’Avent nous invite donc à vivre un cheminement intérieur, à découvrir le sens de la venue du Christ. L’Avent est un appel à accueillir Dieu et à en accepter les implications dans sa vie.

 

Le temps de la conversion

Le temps de la joie

Le temps de la foi


Dimanches
Année B
Marc
Marc

1er

Nous ne savons ni le jour ni l'heure

 Gardons confiance en la promesse

Tressaillons de joie.

Le Sacrement de la rencontre de Dieu.

Dimanches
Année C
Luc
Luc

1er

Jésus parlait de sa venue...

Les passages tortueux deviendront droits.

Il grandissait sous le regard de Dieu et des hommes.

La promesse se réalise.

     
 
Extrait d'une préface de l'Avent  
"...Le Christ est celui que tous les prophètes avaient chanté, celui que la Vierge attendait avec amour, celui dont Jean Baptiste a proclamé la venue et révélé la présence au milieu des hommes. C'est lui qui nous donne la joie d'entrer déjà dans le mystère de Noël pour qu'il nous trouve, quand il viendra, vigilant dans la prière et remplis d'allégresse. "
 

     Fermer la fenêtre  ------------- L'ART DU TEMPS LIBRE ---------- HAUT de PAGE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 


Année A
1er Dimanche


Le Temps de l'espérance
Pendant ces quatre Dimanches de l'Année A, l'Église dirige nos regards vers un avenir qui se fait proche ; la promesse de Dieu va se réaliser, un Sauveur va nous être donné. Mais cet avenir engage le présent. Préparons-nous à accueillir Celui qui nous est promis, veillons dans l'attente du Christ.


Évangile de Jésus-Christ
selon Saint Matthieu (24,37-44)
 --------------   Année A   --------------

La première communauté chrétienne attendait impatiemment le retour du christ. Toutes les générations suivantes doivent rester attentives et vigilantes. C'est pour nous la meilleure manière d'être prêts.


Jésus parlait à ses disciples de sa venue : " L'avènement du Fils de l'homme ressemblera à ce qui s'est passé à l'époque de Noé. À cette époque, avant le déluge, on mangeait, on buvait, on se mariait, jusqu'au jour où Noé entra dans l'arche. Les gens ne se sont doutés de rien, jusqu'au déluge qui les a tous engloutis : tel sera aussi l'avènement du Fils de l'homme. Deux hommes seront aux champs : l'un est pris, l'autre laissé. Deux femmes seront au moulin : l'une est prise, l'autre laissée. " Veillez donc, car vous ne connaissez pas le jour où votre Seigneur viendra. Vous le savez bien : si le maître de maison avait su à quelle heure de la nuit le voleur viendrait, il aurait veillé et n'aurait pas laissé percer le mur de sa maison. Tenez-vous donc prêts, vous aussi : c'est à l'heure où vous n'y penserez pas, que le Fils de l'homme viendra. "

retour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 


Année A
2ème Dimanche

Le temps de la conversion
Il est urgent de nous convertir et d'établir la paix dans notre vie, car nous sommes messagers de paix pour tous. Avons-nous conscience d'être, comme Jean-Baptiste, précurseurs du Christ, auprès des autres ?


Évangile de Jésus-Christ
selon Saint Matthieu (3,1-12)
 --------------   Année A   --------------

Portrait de Jean-baptiste
Par sa vie et son message, Jean le Baptiste est bien, pour le Messie, le précurseur qu'ont annoncé les prophètes. Son message est simple " Convertissez-vous ! " Pour préparer la venue du Christ, changeons de vie.


En ces jours-là, paraît Jean le Baptiste, qui proclame dans le désert de Judée : "Convertissez-vous, car le Royaume des cieux est tout proche ! " Jean est celui que désignait la parole transmise par le prophète Isaïe : A travers le désert, une voix crie : Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez sa route. Jean portait un vêtement de poils de chameau, et une ceinture de cuir autour des reins ; il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage.
Alors Jérusalem, toute la Judée et toute la région du Jourdain venaient à lui, et ils se faisaient baptiser par lui dans le Jourdain en reconnaissant leurs péchés.
Voyant des pharisiens et des sadducéens venir en grand nombre à ce baptême, il leur dit :
"Engeance de vipères ! Qui vous a appris à fuir la colère qui vient ? Produisez donc un fruit qui exprime votre conversion, et n'allez pas dire en vous-mêmes : "Nous avons Abraham pour père" ; car, je vous le dis : avec les pierres que voici, Dieu peut faire surgir des enfants à Abraham. Déjà la cognée se trouve à la racine des arbres : tout arbre qui ne produit pas de bons fruits va être coupé et jeté au feu. Moi, je vous baptise dans l'eau, pour vous amener à la conversion. Mais celui qui vient derrière moi est plus fort que moi, et je ne suis pas digne de lui retirer ses sandales. Lui vous baptisera dans l'Esprit Saint et dans le feu ; il tient la pelle à vanner dans sa main, il va nettoyer son aire à battre le blé, et il amassera le grain dans son grenier. Quant à la paille, il la brûlera dans un feu qui ne s'éteint pas. "

retour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 


Année A
3ème Dimanche

Le temps de la joie
Les promesses vont se réaliser : le Royaume de Dieu est à notre porte. Prenons patience, purifions notre regard pour accueillir le temps du salut et de la joie que Jésus va bientôt inaugurer.

Évangile de Jésus-Christ
selon Saint Matthieu (11, 2-11)
 --------------   Année A   --------------

La mission de Jean Baptiste est de préparer ses disciples à la venue du Messie. mais il a besoin de savoir si Jésus est bien le Messie. C'est pourquoi le Seigneur lui montre que ses paroles et ses actes accomplissent l'espérance des prophètes.


Jean le Baptiste, dans sa prison, avait appris ce que faisait le Christ. Il lui envoya demander par ses disciples : " Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? " Jésus leur répondit : " Allez rapporter à Jean ce que vous entendez et voyez : les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, et la Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres. Heureux celui qui ne tombera pas à cause de moi ! ".
Tandis que les envoyés de Jean se retiraient, Jésus se mit à dire aux foules à propos de Jean : " Qu'êtes-vous allés voir au désert ? Un roseau agité par le vent ?... Alors, qu'êtes-vous donc allés voir ? Un homme aux vêtements luxueux ? Mais ceux qui portent de tels vêtements vivent dans les palais des rois. Qu'êtes-vous donc allés voir ? Un prophète ? Oui, je vous le dis, et bien plus qu'un prophète. C'est de lui qu'il est écrit : " Voici que j'envoie mon messager en avant de toi, pour qu'il prépare le chemin devant toi." Amen, je vous le dis : parmi les hommes, il n'en a pas existé de plus grand que Jean Baptiste ; et cependant le plus petit dans le Royaume des cieux est plus grand que lui. "

retour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Année A
4ème Dimanche

Le temps de la foi
Le temps est venu : Dieu réalise sa promesse en nous donnant son fils Jésus. Nous ne pouvons l'accueillir que dans une foi totale, à l'exemple des prophètes, de saint Paul et des parents de Jésus : Marie et Joseph.


Évangile de Jésus-Christ
selon Saint Matthieu (1, 18-24)
 --------------   Année A   --------------

L'ange confirme à Joseph l'action de l'Esprit en Marie dès sa conception de l'enfant. Devant un tel mystère, la foi de Joseph se fait obéissance.


Voici quelle fut l'origine de Jésus-Christ.
Marie, la mère de Jésus, avait été accordée en mariage à Joseph ; or, avant qu'ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l'action de l'Esprit Saint. Joseph, son époux, qui était un homme juste, ne voulait pas la dénoncer publiquement ; il décida de la répudier en secret. Il avait formé ce projet, lorsque l'Ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit :
" Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse : l'enfant qui est engendré en elle vient de l'Esprit Saint ; elle mettra au monde un fils, auquel tu donneras le nom de Jésus (c'est-à-dire : " le Seigneur sauve "), car c'est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. " Tout cela arriva pour que
s'accomplît la parole du Seigneur prononcée par le prophète :
" Voici que la Vierge concevra et elle mettra au monde un fils, auquel on donnera le nom d'Emmanuel, qui se traduit : " Dieu-avec-nous ". " Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l'Ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse.

retour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Année B
1er Dimanche

Nous ne savons ni le jour ni l'heure
Le monde va mal nous assure-t-on. Notre réponse n'est pas de nous joindre à cette plainte, mais de nous atteler à notre tâche : changer le monde, chacun selon ses possibilités et sous l'oeil du Dieu fidèle. Si nous sommes occupés ainsi, nous n'aurons pas à craindre qu'il vienne à l'improviste.


Évangile de Jésus-Christ
selon Saint Marc (13, 33-37)
--------------   Année B   --------------

Nous allons sûrement vers le jour de son retour. Soyons vigilants et occupons-nous chacun du travail qui nous a été demandé.


Jésus parlait à ses disciples de sa venue : " Prenez garde, veillez : car vous ne savez pas quand viendra le moment.  Il en est comme d'un homme parti en voyage : en quittant sa maison, il a donné tout pouvoir à ses serviteurs, fixé à chacun son travail, et recommandé au portier de veiller. Veillez donc, car vous ne savez pas quand le  maître de la maison reviendra, le soir ou à minuit, au chant du coq ou le matin. Il peut arriver à l'improviste et vous trouver endormis. Ce que je vous dis là, je le dis à tous : Veillez ! "

retour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Année B
2ème Dimanche

Gardons confiance en la promesse
Nous sommes toujours pressés, mais Dieu a le temps. Gardons courage : il nous aime et il  nous aime assez pour laisser à chacun le temps de comprendre et de se convertir. Comme Jean-Baptiste, lors de la première venue de Jésus-Christ, annonçons son retour et le baptême dans l'Esprit Saint.


Évangile de Jésus-Christ
selon Saint Marc  (1, 1-4)
--------------   Année B   --------------

Jean-Baptiste est venu annoncer la venue de Jésus. Le baptême qu'il donne exige qu'on se convertisse et qu'on renonce à son ancien mode de vie. Mais ce n'est encore qu'un baptême d'eau : Jésus va baptiser dans l'Esprit Saint.
 

 

Commencement de la Bonne Nouvelle de Jésus Christ, le Fils de Dieu.
Il était écrit dans le livre du prophète Isaïe : " Voici que j'envoie mon messager devant toi, pour préparer ta route.  A travers le désert, une voix crie ; Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez sa route. " et Jean le Baptiste parut dans le désert. Il proclamait un baptême de conversion pour le pardon des péchés.
Toute la Judée, tout Jérusalem, venait à lui. Tous se faisaient baptiser par lui dans les eaux du Jourdain, en reconnaissant leurs péchés. Jean était vêtu de poil de chameau avec une ceinture de cuir autour des reins et il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage. Il proclamait : " Voici venir derrière moi celui qui est plus puissant que moi. Je ne suis pas digne de me courber à ses pieds pour défaire la courroie de ses sandales. Moi, je vous ai baptisés dans l'eau ; lui vous baptisera dans l'Esprit Saint ".

retour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Année B
3ème Dimanche

Tressaillons de joie
Le peuple choisi attendait dans la joie de l'espérance, l'accomplissement des promesses de Dieu. Marie a rendu grâce du choix que Dieu a fait d'elle. Nous aussi, nous sommes choisis pour porter la Bonne Nouvelle. Même quand notre voix crie dans le désert, nous savons que Dieu est fidèle et qu'il nous assiste de son Esprit.


Évangile de Jésus-Christ
selon Saint Jean (1, 6...28)
--------------   Année B   --------------

La joie du peuple juif était basée sur sa confiance dans les promesses de Dieu. Jean le Baptiste est venu diriger cette joie vers Jésus qui vient.
 

 

Il y eut un homme envoyé par Dieu. Son nom était Jean. Il était venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient en lui. Cet homme n'était pas la Lumière, mais il était là pour lui rendre témoignage.
Et voici quel fut le témoignage de Jean quand les Juifs lui envoyèrent de Jérusalem des prêtres et des lévites pour lui demander :
" Qui es-tu ? ". Il le reconnut ouvertement, il déclara : " Je ne suis pas le Messie. " Ils lui demandèrent : " Qui es-tu donc ? Es-tu le prophète Elie ? ". Il répondit : " Non. - Alors, es-tu le grand prophète ? ". Il répondit : " Ce n'est pas moi. " Alors ils lui dirent : " Qui es-tu ? Il faut que nous donnions une réponse à ceux qui nous ont envoyés. Que dis-tu sur toi-même ? ". Il répondit : " Je suis la voix qui crie à travers le désert : Aplanissez le chemin du Seigneur, comme a dit le prophète Isaïe. "  Or, certains des envoyés étaient des pharisiens. Ils lui posèrent encore cette question : " Si tu n'es ni le Messie, ni Elie, ni le grand prophète, pourquoi baptises-tu ? ". Jean leur répondit : " Moi, je baptise dans l'eau. mais au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas : c'est lui qui vient derrière moi, et je ne suis même pas digne de défaire la courroie de sa sandale ".
Tout cela s'est passé à Béthanie de Transjordanie, à l'endroit où Jean baptisait.

retour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Année B
4ème Dimanche

Le sacrement de la rencontre de Dieu
Dieu a fait alliance avec David et avec son peuple. Le Temple de Jérusalem fut le signe de sa présence parmi eux, Dieu ne revient pas sur sa parole, mais il porte le signe à sa plénitude. La pierre de fondation de la maison de Dieu a été définitivement posée lorsque Jésus a pris chair. le corps du Christ est devenu le lieu de sa présence à l'humanité tout entière.


Évangile de Jésus-Christ
selon Saint Luc (1, 26-38)
--------------   Année B   --------------

Rien n'est impossible à Dieu. Marie l'a cru : simplement dans la foi, elle accepte l'invitation que Dieu lui fait. L'Esprit Saint rend l'incarnation possible en Marie, et dès lors commence la construction de la maison de Dieu avec des pierres vivantes.


L'ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée appelée Nazareth, à une jeune fille, une vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie.  L'Ange entra chez elle et dit : " Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi ". A cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L'Ange lui dit alors : " Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il règnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n'aura pas de fin ". Marie dit à l'Ange : " Comment cela va-t-il se faire, puisque je suis vierge ? ". L'Ange lui répondit : " L'esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c'est pourquoi celui qui va naître sera saint, et il sera appelé Fils de Dieu. Et voici qu'Elisabeth, la cousine, a conçu, elle aussi, un fils dans sa vieillesse et elle en est à son sixième mois, alors qu'on l'appelait " La femme stérile ". Car rien n'est impossible à Dieu. ". Marie dit alors : " Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole ".
Alors l'Ange la quitta.

Retour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Année C
1er Dimanche


En Jésus la promesse est accomplie :
--------------------------------------------

La vision apocalyptique de Luc, dans l'Évangile de ce dimanche,  ouvre la nouvelle année en nous montrant la fin des temps vers laquelle nous marchons. La liturgie nous donne de contempler déjà, le Fils de l'Homme paraissant dans la gloire. Le soleil et les étoiles qui l'entourent sont l'amour et la justice où resplendit le Christ Seigneur. C'est eux qui nous éclairent sur notre chemin, pour que nous accomplissions, nous aussi, la justice.


Évangile de Jésus-Christ
selon Saint Luc (21,25-36)
-------------  Année C   --------------

Jésus parlait à ses disciples de sa venue  : " Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles. Sur terre, les nations seront affolées par le fracas de la mer et de la tempête. Les hommes mourront de peur dans la crainte des malheurs arrivant sur le monde, car les puissances des cieux seront ébranlées. Alors on verra le Fils de l'homme venir dans la nuée, avec grande puissance et grande gloire. Quand ces évènements commenceront, redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche.
Tenez-vous sur vos gardes, de crainte que votre coeur ne s'alourdisse dans la débauche, l'ivrognerie et les soucis de la vie, et que ce jour-là ne tombe sur vous à l'improviste. Comme un filet, il s'abattra sur tous les hommes de la terre. Restez éveillés et priez en tout temps : ainsi vous serez jugés dignes d'échapper à tout ce qui doit arriver, et de paraître debout devant le Fils de l'homme. "

Retour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Année C
2ème Dimanche

 


"... Les passages tortueux deviendront droits... "
----------------------------------------------------------

Dans les textes de ce Dimanche, tout invite à l'espérance et à la joie. Le prophète Baruch demande à Jérusalem de " Quitter sa robe de tristesse ". Saint Paul prie dans la joie pour les Philippiens chez qui le travail de Dieu produit déjà ses fruits. L'appel ancien d'Isaïe se répercute dans l'enthousiasme de Jean proclamant un baptême de conversion. Autre convergence : il est question dans les trois lectures de marcher en sécurité, avec Dieu qui aplanit la route, vers le salut qu'il promet.

Évangile de Jésus-Christ
selon Saint Luc (3, 1-6)

 --------------   Année C   --------------

L'an quinze du règne de l'empereur Tibère, Ponce Pilate étant gouverneur de la Judée, Hérode, prince de Galilée, son frère Philippe, prince du pays d'Iturée et de Traconitide, Lysanias, prince d'Abilène, les grands prêtres étant Anne et Caïphe, la parole de Dieu fut adressée dans le désert à Jean, fils de zacharie.
Il parcourut toute la région du Jourdain ; il proclamait un baptême de conversion pour le pardon des péchés, comme il est écrit dans le livre du prophète Isaïe : " A travers le désert, une voix crie : Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez sa route. tout ravin sera comblé, toute montagne et toute colline seront abaissées ; les passages tortueux deviendront droits, les routes déformées seront aplanies ; et tout homme verra le salut de Dieu. "

Retour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Année C
3ème Dimanche


" Il grandissait sous le regard de Dieu et des hommes "
-----------------------------------------------------------------
Les convergences sont manifestes entre les deux premières lectures de ce Dimanche. Le texte de Sophonie et celui de la lettre aux Philippiens sont soulevés par le même souffle de la joie qui vient de Dieu, par la même certitude que le salut est proche, sa promesse faisant foi. L'Évangile semble assez différent. Jean répond à la question des nouveaux baptisés : " Que devons-nous faire ? ". Ensuite il proclame qu'un autre vient, plus puissant que lui, pour un autre baptême et pour le jugement. Luc résume le tout en disant qu'ainsi " Jean annonçait au peuple la Bonne Nouvelle " Jean annonçait au peuple la Bonne Nouvelle ". La joie est sans doute là, mais plus grave et incomplète.


Évangile de Jésus-Christ
selon saint Luc (3, 10-18)
--------------- Année C ------------


Les foules qui venaient se faire baptiser par Jean lui demandaient : " Que devons-nous, faire ? " Jean leur répondait : " Celui qui a deux vêtements, qu'il partage avec celui qui n'en a pas ; et celui qui a de quoi manger, qu'il fasse de même ! " Des publicains (collecteurs d'impôts) vinrent aussi se faire baptiser et lui dirent : " Maître, que devons-nous faire ? " Il leur répondit : " N'exigez rien de plus que ce qui vous est fixé. " A leur tour, des soldats lui demandaient : " Et nous, que devons-nous faire ? ". Il leur répondit : " Ne faites ni violence ni tort à personne ; et contentez-vous de votre solde ". Or, le peuple était en attente, et tous se demandaient en eux-mêmes si Jean n'était pas le Messie. Jean s'adressa alors à tous : " Moi, je vous baptise avec de l'eau ; mais il vient, celui qui est plus puissant que moi. Je ne suis pas digne de défaire la courroie de ses sandales. Lui vous baptisera dans l'Esprit Saint et dans le feu. Il tient à la main la pelle à vanner pour nettoyer son aire à battre le blé, et il amassera la grain dans son grenier ; quant à la paille, il la brûlera dans un feu qui ne s'éteint pas. " Par ces exhortations et bien d'autres encore, il annonçait au peuple la Bonne Nouvelle.

Retour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Année C
4ème Dimanche


La promesse se réalise :
-----------------------------
Dans les trois textes on trouve ce grand mystère qu'est la rencontre en Christ de l'humain et du divin. Le prophète Michée souligne le contraste entre d'humbles origines ( le plus petit clan du Juda) et le rôle de " Berger par la puissance du Seigneur " pour ses frères. Dans la lettre aux Hébreux, le Christ lui-même se présente comme ayant reçu " un corps " et animé par le seul désir de " faire la volonté " de son Dieu. L' Évangile est tout joyeux d'une révélation de l'Esprit Saint : un enfant  à naître est reconnu comme Seigneur par un autre enfant à naître et par sa mère.


Évangile de Jésus-Christ
selon Saint Luc (1, 39-45)
-------------- Année C ------------


En ces jours là, Marie se mit en route rapidement vers une ville de la montagne de Judée. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l'enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie de l'Esprit Saint, et s'écria d'une voix forte : " Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. Comment ai-je ce bonheur que la mère de mon Seigneur vienne jusqu'à moi ? Car, lorsque j'ai entendu tes paroles de salutation, l'enfant a tressailli d'allégresse au-dedans de moi. Heureuse, celle qui a cru à l'accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du seigneur. "

Retour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Rorate Caeli desuper
Chant d'introït pouvant être pris les quatre Dimanches de l'Avent
ci-dessous traduit en français


Cieux, répandez votre justice,
que des nuées descende le Salut !

Ne T’irrite pas, Seigneur, ne garde pas le souvenir de nos péchés. !
Voici que ta Cité sainte, Sion, a été dévastée :
Jérusalem, Jérusalem, le séjour de ta Sainteté et de ta Gloire,
là où nos Pères ont chanté tes louanges.

Cieux, répandez votre justice,
que des nuées descende le Salut !

Nous avons péché, et nous sommes devenus semblables aux païens,
nous sommes tombés comme des feuilles mortes,
et nos péchés nous ont emportés loin de Toi.
Tu nous as caché ton Visage,
et Tu nous as brisés à cause de nos péchés.

Cieux, répandez votre justice,
que des nuées descende le Salut !

Regarde, Seigneur, l’abattement de ton Peuple,
et envoie Celui qui doit venir !
Envoie l’Agneau souverain de l’Univers,
du Rocher du désert jusqu’à la montagne de la Fille de Sion,
et qu’Il nous délivre du joug de nos péchés !

Cieux, répandez votre justice,
que des nuées descende le Salut !

Console-toi, console-toi, ô mon Peuple,
car bientôt viendra ton Sauveur et ton Roi !
Pourquoi te laisses-tu consumer par la tristesse ?
Parce que ta douleur t’a repris ? Je te sauverai, ne crains pas !
Car je suis ton Sauveur, ton Seigneur et ton Dieu,
le Saint d’Israël, ton Berger et ton Rédempteur !

Cieux, répandez votre justice,
que des nuées descende le Salut !

RETOUR

Le " Rorate Caeli desuper ", chanté dans tant de paroisses au Temps de l'Avent, est un long récitatif, très expressif et suppliant, emprunté à Isaïe. D'un accent à la fois contrit et si confiant, qu'illumine, pour finir, l'assurance du salut tout proche".

Ce cantique dans sa version actuelle a été composé par un prêtre français de l’Oratoire au début du XVIIe siècle. Malgré sa composition tardive, il n’en demeure pas moins un authentique chant grégorien, même au point de vue modal.

Le refrain est issu de la magnifique prophétie d’Isaïe, qui sera chantée à l’introït du IVe dimanche de l’Avent.
Les couplets sont également empruntés à différents passages d’Isaïe : ils chantent en une déclamation très lyrique, la misère des peuples retenus dans la captivité du péché et soupirant après la venue du Rédempteur.