Santé              
      Amour                        Travail                     Bonheur                      Paix           

Fête de l'Épiphanie

Art du Temps Libre

 Galette des Rois
ma recette
>>> L'Art du Temps Libre : galette : recette <<<

Epiphanie

 

Epiphanie

 

Epiphanie
 


Les Rois Mages

Epiphanie
Gaspard - Melchior - Balthazar

Le nom de mages, donné aux prêtres perses, pouvait aussi bien désigner savants, astrologues ou devins, étrangers au monde juif. Le récit de Matthieu, les montre venus d'Orient  (l'Arabie ?) pour rendre hommage à Jésus nouveau-né. L'imagination populaire, se référant au psaume 72 (10-11), en a fait des rois, fixant même leur nombre à trois à cause des trois présents mentionnés : or, encens, myrrhe.

Á partir du VIIIè siècle on leur donne un nom : Melchior, Balthazar et Gaspard, puis on précise que l'un d'eux était de race noire ! Le tout s'est amalgamé en une fête folklorique des rois mages prolongeant la fête liturgique de l'Épiphanie : galette, fève et couronne de papier doré.

La liturgie chrétienne a gardé à la fête de l'Épiphanie (en grec : manifestation, apparition) son sens originel : Dieu se manifeste à tous les peuples. chaque peuple dans sa diversité, est amené à marcher ver le Seigneur, et à contempler à travers l'enfant nouveau né, le Christ, ce Sauveur que le monde attend. C'est bien Dieu qui se révèle, se fait homme au coeur d'un peuple et c'est bien tous les peuples qui sont invités, dans la richesse de leur diversité, à reconnaître la lumière qui leur est proposée en Jésus.

Epiphanie

Fermer la fenêtre  Epiphanie HAUT de PAGE   
L'Art du Temps Libre : accueil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Galette des Rois

Epiphanie

Origine de la galette  
>>> 
ici 
<<<

galette des Rois

Pour 6/8 personnes
--------------------
1 moule à tarte de 35 cm de diamètre
2 pâtes feuilletées
2 oeufs + 1 jaune
125g de sucre en poudre
125g de beurre mou
125g de poudre d'amandes
2 cuillers à café de rhum (facultatif)
une fève

préchauffer le four à 220° (th 7/8) puis,
Mélanger progressivement :

- les 125g de beurre mou,
  avec les 125g de sucre en poudre,
- ajouter les 125g de poudre d'amande,
- puis les 2 oeufs entiers.
- et les 2 cuillers à café de rhum (facultatif).

- dérouler la 1ère pâte dans le moule,
- garnir avec la préparation et étaler à 2cm du bord,
- ajouter la fève,
- recouvrir de la 2ème pâte feuilletée,
- souder les bords de la galette.

A l'aide d'un pinceau, badigeonner la surface de la galette avec le jaune d'oeuf, et faire des croisillons sur le dessus avec un couteau.
Cuire la galette 20' environ dans le four préchauffé.

--- Déguster tiède ---

   Fermer la fenêtre Epiphanie HAUT de PAGE
L'Art du Temps Libre : accueil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



épiphanie : Gaspard, Melchior, Balthazar

                     Il était une fois l'Epiphanie...                  

Gaspard, Melchior, BalthazarOn trouve l'origine de la tradition de l'Épiphanie, chez les Romains. Lors de la commémoration des Saturnales, fête dédiée au dieu Saturne, ils partageaient déjà un gros gâteau rond et doré comme le soleil.

A la fin du IVè siècle, l'Église interdit ces fêtes païennes, mais lesGaspard, Melchior, Balthazar remplace par une célébration religieuse. Les mages Balthazar, Melchior et Gaspard, qui apportèrent à l'Enfant Jésus, l'or, l'encens et la myrrhe, furent élevés au rang des Rois. Ainsi " la fête des Rois " fut instaurée. Elle sera alors célébrée chaque année le 6 janvier.

Gaspard, Melchior, BalthazarC'est aux chanoines du chapitre de Besançon (Doubs) que l'on doit la tradition du gâteau. Ce sont eux qui, au XIVè siècle, pour choisir un maître de chapitre, prirent l'habitude, à chaque Épiphanie, de le tirer au sort en mettant une pièce dans un  pain.Gaspard, Melchior, Balthazar

Puis, le saint péché de gourmandise intervenant, les braves chanoines ne tardèrent pas à remplacer le pain par une brioche. Dès le XVè siècle, cette coutume du " gâteau des Rois " se popularisa.

Gaspard, Melchior, BalthazarAu XVIè siècle, un différend opposa les corporations de boulangersGaspard, Melchior, Balthazar et de pâtissiers qui voulaient obtenir le monopole de la fabrication du gâteau symbolique. Les boulangers inventèrent la fameuse galette, qu'ils offraient gracieusement le jour de l'Épiphanie. Chaque galette cachait une fève, et il fut admis que celui qui la découvrirait devait régaler les autres à son tour.

RETOUR