Veiller                     Accueillir                  Témoigner              Prier                Pardonner                 Croire             Faire la paix    

calendrier de l'Avent
Calendrier de l'Avent
 2ème Dimanche

Calendrier de l'Avent

la foi


Dans le Nord principalement, il est d'usage de confectionner pour l'Avent des couronnes faites de branches de pin. Ces couronnes comportent quatre bougies qui sont allumées progressivement chaque dimanche de l'Avent, celles-ci symbolisant les grandes étapes du Salut.
Le 2ème Dimanche :

La deuxième bougie symbolise
la foi des patriarches.
Ils croient au don de la Terre promise.

 

l'Évangile >>>     ici     <<< l'Évangile
 

 Fermer la fenêtre ------------------ L'ART DU TEMPS LIBRE -----------------------------------   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


  Année A 

Le temps de la conversion
Il est urgent de nous convertir et d'établir la paix dans notre vie, car nous sommes messagers de paix pour tous. Avons-nous conscience d'être, comme Jean-Baptiste, précurseurs du Christ, auprès des autres ?


Évangile de Jésus-Christ
selon Saint Matthieu (3,1-12)
 --------------   Année A   --------------

Portrait de Jean-baptiste
Par sa vie et son message, Jean le Baptiste est bien, pour le Messie, le précurseur qu'ont annoncé les prophètes. Son message est simple " Convertissez-vous ! " Pour préparer la venue du Christ, changeons de vie.

 

  Calendrier de l'Avent : Evangile


En ces jours-là, paraît Jean le Baptiste, qui proclame dans le désert de Judée : "Convertissez-vous, car le Royaume des cieux est tout proche ! " Jean est celui que désignait la parole transmise par le prophète Isaïe : A travers le désert, une voix crie : Préparez le chemin duCalendrier de l'Avent Seigneur, aplanissez sa route. Jean portait un vêtement de poils de chameau, et une ceinture de cuir autour des reins ; il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage.
Alors Jérusalem, toute la Judée et toute la région du Jourdain venaient à lui, et ils se faisaient baptiser par lui dans le Jourdain en reconnaissant leurs péchés.
Voyant des pharisiens et des sadducéens venir en grand nombre à ce baptême, il leur dit :
"Engeance de vipères ! Qui vous a appris à fuir la colère qui vient ? Produisez donc un fruit qui exprime votre conversion, et n'allez pas dire en vous-mêmes : "Nous avons Abraham pour père" ; car, je vous le dis : avec les pierres que voici, Dieu peut faire surgir des enfants à Abraham. Déjà la cognée se trouve à la racine des arbres : tout arbre qui ne produit pas de bons fruits va être coupé et jeté au feu. Moi, je vous baptise dans l'eau, pour vous amener à la conversion. Mais celui qui vient derrière moi est plus fort que moi, et je ne suis pas digne de lui retirer ses sandales. Lui vous baptisera dans l'Esprit Saint et dans le feu ; il tient la pelle à vanner dans sa main, il va nettoyer son aire à battre le blé, et il amassera le grain dans son grenier. Quant à la paille, il la brûlera dans un feu qui ne s'éteint pas. "


  --- Réflexion sur l'Évangile ---

Tout n'a pas commencé avec Jésus.
Le projet de libération et de bonheur voulu par Dieu pour les hommes a pris des formes multiples. L'action et la prédication de Jean Baptiste en sont une. Il est l'image de ce qui, pendant des siècles, a précédé et préparé la venue de Jésus. Image aussi de ce qui, aujourd'hui encore, est chemin vers Dieu pour ceux qui n'ont pas rencontré l'Évangile ou l'Église.

- Appel du désert, lieu de dépouillement, de simplicité, de retour à l'essentiel.
- Écoute d'un maître spirituel qui secoue les habitudes, dérange les conforts.
- Appel à la conversion pour changer notre regard et voir au-delà du goût ou du profit immédiat.
- Appel à vivre en vérité, à démystifier le formalisme des obligations.

A chacun de choisir sa voie... Jésus ne jugera personne, ni Madeleine, la pécheresse, ni Zachée, l'exploiteur, ni Pierre qui trahira. Sa parole renvoie chacun à sa vérité ; au désir profond du cœur qui accueille celui qui vient comme un signe d'un monde meilleur, annonce du Royaume à venir.
N'aurions-nous pas à refaire sans cesse ce chemin d'avant les certitudes ?

Père Edmond VANDERMEERSCH
Jésuite (Paris).

 Fermer la fenêtre  ------------------------------------- HAUT de PAGE
aux Mille Surprises

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


  Année B 
 

Gardons confiance en la promesse
Nous sommes toujours pressés, mais Dieu a le temps. Gardons courage : il nous aime et il  nous aime assez pour laisser à chacun le temps de comprendre et de se convertir. Comme Jean-Baptiste, lors de la première venue de Jésus-Christ, annonçons son retour et le baptême dans l'Esprit Saint.


Évangile de Jésus-Christ
selon Saint Marc  (1, 1-4)
--------------   Année B   --------------

Jean-Baptiste est venu annoncer la venue de Jésus. Le baptême qu'il donne exige qu'on se convertisse et qu'on renonce à son ancien mode de vie. Mais ce n'est encore qu'un baptême d'eau : Jésus va baptiser dans l'Esprit Saint.
 

  Evangile

Commencement de la Bonne Nouvelle de Jésus Christ, le Fils de Dieu.
Il était écrit dans le livre du prophète Isaïe : " Voici que j'envoie mon messager devant toi, pour préparer ta route.  A travers le désert, une voix crie ; Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez sa route. " et Jean le Baptiste parut dans le désert. Il proclamait un baptême de conversion pour le pardon des péchés.
Toute la Judée, tout Jérusalem, venait à lui. Tous se faisaient baptiser par lui dans les eaux du Jourdain, en reconnaissant leurs péchés. Jean était vêtu de poil de chameau avec une ceinture de cuir autour des reins et il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage. Il proclamait : " Voici venir derrière moi celui qui est plus puissant que moi. Je ne suis pas digne de me courber à ses pieds pour défaire la courroie de ses sandales. Moi, je vous ai baptisés dans l'eau ; lui vous baptisera dans l'Esprit Saint ".

 

   Réflexion sur l'Évangile  

Marc nous place ici à la charnière de l'Ancien et du Nouveau Testament. Tout est annoncé dans l'Ancien ; tout se réalise avec Jésus. L'Ancien Testament creuse le besoin, l'attente, le désir du salut. Il est accueil de ce qui va venir. Car, si extraordinaire que soit le prédicateur ou le prophète, le salut vient d'au-delà de lui, ainsi Jean-Baptiste, dont l'austérité de vie, la vigueur de la parole stupéfiaient les contemporains. Il répète l'appel du prophète et annonce l'imminence du salut. " Préparez les chemins du Seigneur... ".

Préparer, c'est appeler à la conversion, rendre les hommes accueillants au don de Dieu. La conversion : changement d'âme, de perspective, de logique de vie et de pensée. Ne plus se considérer comme le centre et le maître de sa vie, mais comme le partenaire d'un Dieu qui veut notre bien et notre bonheur. Et pour cela, le reconnaître pour ce qu'il est : un Père, non un juge, quelqu'un dont nous avons à recevoir. Cette reconnaissance n'est pas le fait de l'homme. Dieu qui se révèle en Jésus-Christ, se dit à nous pour ce qu'il est en vérité. Seul l'Esprit peut opérer le changement radical dont les hommes ont besoin pour établir en vérité leur relation à Dieu. Cet Esprit, Jésus le répandra sur toute l'humanité ; il sera offert à quiconque veut l'accueillir.

Quelque chose d'inouï commence avec lui. La preuve en est donnée chaque matin : le jour qui commence est daté par rapport à l'avènement de Jésus de Nazareth. Avec lui, c'est Dieu qui se donne. Un don auquel ni les prophètes de l'Ancien Testament, ni Jean-Baptiste n'avaient osé rêver. Les disciples de Jean " se faisaient " baptiser, les chrétiens " reçoivent " le baptême. C'est Jésus qui les baptise dans l'Esprit. La démarche chrétienne n'est pas d'agir et de faire son salut par ses actes bons et ses mérites ; elle est d'accueillir le salut, le don, l'Esprit de Dieu, d'ouvrir son intelligence, son cœur et ses désirs aux signes de l'amour de Dieu. " Baptiser ", c'est baigner. Jésus nous baigne dans la douceur et la chaleur de la tendresse de Dieu. 

Pour nous, hommes du XXIe siècle, gens de techniques et de l'emprise ambiguë mais déterminante sur la vie, les corps, la santé, le monde... une conversion reste toujours à faire. Nous déprendre de nous-mêmes, accepter de recevoir d'un Autre le sens de notre destinée, reconnaître que le salut vient de Dieu. Non pas en théorie, mais au plus profond du désir de nos cœurs et de leurs attentes. Préparer les chemins activement, courageusement, pour ouvrir la voie à l'Autre. Ne pas prendre le moyen pour le but, la préparation pour la réussite, la route pour Celui qui doit venir à notre rencontre sur cette route.

" Un enfant nous est né, un fils nous est donné ", chanteront les croyants à Noël. Naissance... baptême... Le mystère du salut est comparable à celui de la vie. Un homme, une femme décident, comme on dit aujourd'hui, " de faire un enfant ". Quand l'enfant est là, ils perçoivent que quelque chose dépasse de loin ce qu'ils ont fait pour que naisse cet enfant. Quelque chose comme un don : la vie qui à travers eux, prend corps et figure. Ainsi l'Église quand elle baptise, à travers l'eau répandue et les paroles dites, fait-elle place à un autre mystérieux, le Christ qui baptise dans l'Esprit.

Père Edmond VANDERMEERSCH
Jésuite (Paris).

 Fermer la fenêtre  ------------------------ HAUT de PAGE

aux Mille Surprises

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

  Année C 

"... Les passages tortueux deviendront droits... "
Dans les textes de ce Dimanche, tout invite à l'espérance et à la joie. Le prophète Baruch demande à Jérusalem de " Quitter sa robe de tristesse ". Saint Paul prie dans la joie pour les Philippiens chez qui le travail de Dieu produit déjà ses fruits. L'appel ancien d'Isaïe se répercute dans l'enthousiasme de Jean proclamant un baptême de conversion. Autre convergence : il est question dans les trois lectures de marcher en sécurité, avec Dieu qui aplanit la route, vers le salut qu'il promet.

Évangile de Jésus-Christ
selon Saint Luc (3, 1-6)

 --------------   Année C   --------------


Evangile


L'an quinze du règne de l'empereur Tibère, Ponce Pilate étant gouverneur de la Judée, Hérode, prince de Galilée, son frère Philippe, prince du pays d'Iturée et de Traconitide, Lysanias, prince d'Abilène, les grands prêtres étant Anne et Caïphe, la parole de Dieu fut adressée dans le désert à Jean, fils de zacharie.
Il parcourut toute la région du Jourdain ; il proclamait un baptême de conversion pour le pardon des péchés, comme il est écrit dans le livre du prophète Isaïe :
" A travers le désert, une voix crie : Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez sa route. tout ravin sera comblé, toute montagne et toute colline seront abaissées ; les passages tortueux deviendront droits, les routes déformées seront aplanies ; et tout homme verra le salut de Dieu. "
 

 Fermer la fenêtre -------------------------------- L'ART DU TEMPS LIBRE ----------------------------- HAUT de PAGE
aux Mille Surprises