ORGUES EGLISESPHOTOS INFORMATIQUE

  Parabole du vieux tissu
  et des vieilles outres

Marc 2, 18-22
-----------------------

Comme les disciples de Jean-Baptiste et les Pharisiens jeûnaient, on vient demander à Jésus : " Pourquoi tes disciples ne jeûnent-ils pas, comme les disciples de Jean et ceux des pharisiens ? " Jésus répond : " Les invités de la noce pourraient-ils donc jeûner, pendant que l'époux est avec eux ? Tant qu'ils ont l'époux avec eux, ils ne peuvent pas jeûner. Mais un temps viendra où l'Époux leur sera enlevé : ce jour là ils jeûneront.

Personne ne raccommode un vieux vêtement avec une pièce d'étoffe neuve ; autrement la pièce neuve tire sur le vieux tissu et le déchire davantage. Ou encore, personne ne met du vin nouveau dans de vieilles outres, autrement laoutres fermentation fait éclater les outres, et l'on perd à la fois le vin et les outres. A vin nouveau, outres neuves. "

-------------------------
---------------
------

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous tenons
à nos vieilles défroques !
-----------------------------

Qui n'a jamais conservé, pendant des années, un vieux pull usé, troué et informe, ou un vieux peignoir archi-raccommodé et délavé, qui sont tout juste bons à  jeter !
Curieux comme nous avons parfois du mal à nous séparer de quelques vieilles défroques familières, auxquelles nous demeurons étrangement attachés sans trop savoir pourquoi.

Elles nous sont devenues comme une deuxième peau !

Il en est souvent de même pour nos vieilles habitudes, en particulier les mauvaises ; nous finissons même par nous habituer à notre péché !
Qu'il nous est difficile, Seigneur, d'accepter la radicale nouveauté de ton Évangile ! Nous voudrions bien te suivre mais sans changer nos manières d'agir sans bousculer nos manières de penser !

Nous aimerions souvent concilier le vieux et le neuf : vivre de tes dons sans perdre nos petites affaires personnelles, entrer dans ton silence intérieur sans renoncer à tous nos bruits, ouvrir notre coeur au dessein de ton Père sans renoncer à nos propres projets.

Nous aimerions concilier le vieux et le neuf : accueillir ta paix sans détruire nos armes,
bâtir un monde plus fraternel sans remettre en cause nos biens,
marcher vers la sainteté sans en payer le prix,
accueillir l'homme nouveau sans renoncer au vieil homme,
accueillir ton royaume sans faire éclater nos frontières humaines...

Mais à vouloir garder le vieux et le neuf, nous finissons par déchirer le tissu de notre vie.

Seigneur Jésus, toi qui n'es pas venu pour rapiécer nos vieilleries, pour rafistoler nos petits bonheurs, ou bricoler nos vieilles idéologies, mais " pour faire toutes choses nouvelles ", convertis-nous à la radicale nouveauté de ton Évangile et de ton Royaume.

M.H.

HAUT de PAGE
L'Art du Temps Libre