ORGUES EGLISESPHOTOS INFORMATIQUE

église st Vincent st Fiacre de Nancy église st Vincent st Fiacre
----- Meurthe et Moselle -----
Nancy rue de Metz

 et son Grand Orgue Haerpfer

Grand Orgue Haerpfer

Une église à découvrir, même si vous n'est pas Nancéens, et qu'aucun lien n'en parle sur les pages du web.

de la tribune, vue sur le choeur
 
Triptyque du choeur
 
st Vincent Ascension st Fiacre

n° 234 : Vue de la nef principale
et du maître autel judicieusement éclairé

n° 236 :  Trois grandes fresques dans ces vitraux

Reprenant les bonnes vieilles traditions des églises de nos aïeux, les vitraux de celle ci, sont une véritable catéchèse, que l'on peut admirer tout au long des verrières des nefs latérales, chaque vitrail illustrant une scène de la vie du Christ, comme celles présentées ci-dessous. La verrière du choeur, quant à elle, est constituée d'un triptyque représentant : au centre, l'Ascension du Christ, et des scènes typiques des st patrons de cette église : st Vincent à gauche, st Fiacre à droite.

Un parfum de grand prix répandu sur les pieds de Jésus
n° 174

Jean 12,1. Six jours avant la Pâque, Jésus vint à Béthanie, où était mort Lazare, qu'Il avait ressuscité. 12,2. On Lui fit là un souper ; et Marthe servait, et Lazare était un de ceux qui étaient à table avec Lui. 12,3. Alors Marie (l'autre sœur de Lazare) prit une livre de parfum de vrai nard, d'un grand prix, en oignit les pieds de Jésus, et les essuya avec ses cheveux ; et la maison fut remplie de l'odeur du parfum.

Luc 22,41. Jésus S'éloigna de Pierre, Jacques et Jean à une distance d'un jet de pierre ; et s'étant mis à genoux, Il priait, 22,42 en disant : Père, si Vous le voulez, éloignez ce calice de Moi ; cependant, que ce ne soit pas Ma volonté qui se fasse, mais la Vôtre. 22,43 Alors un Ange Lui apparut du Ciel, pour Le fortifier. Et étant tombé en agonie, Il priait plus instamment. 22,44. Et Sa sueur devint comme des gouttes de sang.

Jésus au Jardin de Gethsémani
n° 202

Hormis le fait qu'elle est néo-gothique et qu'elle fut construire en 1853, nous n'avons trouvé aucune information concernant cette église, placée sous le patronage de st Vincent et st Fiacre, que vous découvrirez à la fin de ce reportage. Aussi, nous remercions par avance, tous ceux d'entre vous qui pourront nous apporter quelques lumières, pouvant enrichir nos photos.


saint Vincent patron des vignerons
n° 257 : st Vincent    ici  
Nancy, église st Vincent st Fiacre, façade
n° 259
saint Fiacre patron des jardiniers
n° 258 : st Fiacre   ici  
porche et narthex

 n° 254 : Parvis, porche et narthex de l'église.

n° 255 : Tympan ogival, représentant tout à la fois Marie couronnée de 12 étoiles dans son assomption, que vénèrent deux anges, et la Vierge de la vision de St. Jean, exilé dans l'île de Patmos, lors de la rédaction de l'Apocalypse, où la femme présente son enfant nouveau né, que le Dragon voulait dévorer, alors qu'on le voit sous ses pieds, terrassé par l'archange St. Michel.


Vierge de l'Apocalypse

Pour en savoir plus >>>    ici   

Après cet agréable moment passé dans cette église, une dernière photo pour le plaisir.

église st Vincent st Fiacre Nancy
n° 274
Grand Orgue Haerpfer
n° 277

Pour retrouver l'Orgue >>>  ici  

Fermer la fenêtre  ------------------------- L'ART DU TEMPS LIBRE ----------  HAUT de PAGE   
L'Art du Temps Libre, retour à l'accueil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Vincent de Saragosse
(+ 304), diacre et martyr à Valence (Espagne) avec son évêque Valère, martyrisé par Dacien. Il est patron des vignerons pour la sonorité de son nom et parce que les diacres étaient préposés au service des tables (22 janvier en Occident, 11 novembre en Orient.
 

retour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Fiacre
fêté le 30 août,  est né au début du VIIe siècle dans une noble famille irlandaise. Il passe en Gaule à la suite du grand mouvement religieux qui entraîne beaucoup de ses compatriotes vers le continent. Il s'arrête à Meaux où il est accueilli par l'évêque, saint Faron, frère de sainte Fare, qui lui donne l'autorisation de s'établir comme ermite en forêt de Breuil. Fiacre a pour premier disciple saint Killian, lui-même irlandais, qui sur ses conseils part prêcher l'Évangile en Artois.

Beaucoup de misères affluant à son ermitage, Fiacre demande à son évêque un terrain qu'il pourrait cultiver afin de nourrir les pèlerins indigents. Selon la tradition, l'évêque lui aurait octroyé en toute propriété l'espace de terre qu'il pourrait entourer d'un fossé en une journée de travail. Fiacre, laissant traîner son bâton derrière lui, aurait vu le sol se creuser de lui-même et les arbres déracinés tomber de droite et de gauche. Ses légumes plantés, Fiacre pense même aux plantes médicinales pour les malades et aux fleurs, « ces sourires de la terre » pour orner le petit oratoire qu'il bâtit en l'honneur de Marie. Il construit aussi un hospice pour les malades de plus en plus nombreux qu'on lui amène de tous les coins du pays. Fiacre partage son temps entre la prière, le travail manuel et le soin des pauvres.

Il meurt vers 670 au Breuil où se construit un monastère autour duquel se forme un village qui portera son nom. Les pèlerins affluent sur son tombeau pour demander la guérison de toutes sortes de maux. On venait même autrefois l'invoquer contre les hémorroïdes, le « mal de saint Fiacre », la tradition affirmant qu'il suffisait de s'asseoir sur la pierre sur laquelle le saint avait l'habitude de s'asseoir pour être guéri.

retour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


En savoir  plus


Un signe grandiose apparut au ciel : une femme ! Le soleil l'enveloppe, la lune est sous ses pieds et douze étoiles couronnent sa tête
(Ap 12,1).
Le Concile Vatican II avec toute la tradition de l’Église a toujours vu dans le symbolisme de cette femme : Marie et l’Église.

Un second signe apparut au ciel :
(Ap 12, 3). un énorme dragon rouge feu, à sept têtes et dix cornes, chaque tête surmontée d'un diadème. Sa queue balaie le tiers des étoiles du ciel et les précipite sur la terre.
En arrêt devant la femme en travail, le dragon s'apprête à dévorer son enfant aussitôt né. Or la femme mit au monde un enfant mâle, celui qui doit mener toutes les nations avec un sceptre de fer ; et son enfant fut enlevé jusqu'auprès de Dieu et de son trône, tandis que la femme s'enfuyait au désert, où Dieu lui a ménagé un refuge.


Ce texte se place dans le cadre de la deuxième vision de St. Jean à la fin des temps et du Jugement. La femme parée du ciel et enceinte évoque la naissance d'un monde nouveau. L'enfant qui naît est le Messie que le dragon menace, c'est Satan, celui qui a pris la forme du serpent au Paradis terrestre et que terrasse l'archange St Michel et ses anges...

retour